Serge Amoruso – maroquinier

Unir utilité et beauté dans un même geste, cette quête quotidienne est celle de Serge Amoruso.

Maroquinier humaniste, il crée des objets uniques. Unique, parce que littéralement, ses créations ne sont qu’une, unicus, ni clone industriel, ni duplicata commercial commode, le hors série est son credo difficile. Unique, parce qu’incomparable et exceptionnel, chaque objet révèle l’histoire d’un désir et d’une bienveillance.

Son art, il l’exerce sur des objets de poche : étuis pour cigare ou téléphone, portefeuilles ou porte-cartes, mais aussi sur des objets nomades tels que sacs, serviettes ou plus étonnant l’aménagement d’un ascenseur privatif ! Ses seules limites : votre envie et votre fantaisie.

Le cuir est son territoire d’expression de prédilection, mais il s’amuse du grand écart temporel entre l’ivoire de mammouth et le kevlar pour les travailler à sa façon. Il met un soin maniaque à sélectionner chaque peau ; l’auscultant, la caressant, il entrevoit déjà le chemin imaginaire du couteau demi-lune acéré. Une fois, encore, la magie va opérer, de la peau inanimée jaillira, après un long travail, la vie. Je me souviens avec émotion d’un sac à main, féminin, en croco pleine peau, d’une esthétique, d’une sobriété, d’une élégance folle destinée à une heureuse cliente japonaise : la sérénité de la beauté pure.

Même la modeste commande d’une ceinture est l’occasion d’une rencontre vraie et de s’abandonner à la rêverie en contemplant le galuchat de la tsuka d’un katana avant de choisir des écailles chocolat mat. La patience est alors soumise à rude expérience, celle de l’attente !

La commande est enfin prête et devient offrande dans un boitage zen aux chiffres de l’artisan. Influence du Japon où le vide est aussi important que le plein pour atteindre l’équilibre, sa signature est plus un signe héraldique de samouraï (mon -紋) qu’un logo vénal. Une pochette de coton écru, aussi protectrice que voyageuse, laisse poindre un ultime obstacle de papier de soie écarlate.

Dans sa simplicité nue, sensuelle, la ceinture est là devant vous, corps et âme.

Muet d’émotion extrême, vous vous inclinez et balbutiez : Merci Amoruso Sensei.

 

PS : Serge Amoruso a été nommé Maître d’Art, en novembre 2010, comme un clin d’œil malicieux à son cher Japon.

Si vous souhaitez lui rendre visite, c’est au 37, avenue Daumesnil à Paris.

amator.fr © 2017 - Tous droits réservés

2 thoughts on “Serge Amoruso – maroquinier

  1. En premier lieu, un grand bravo et merci pour la qualité des textes (comme Parisian Gentleman d’ailleurs), les sujets traités et pour l’élégance de vos propos…
    Nous sommes de jeunes designers et maroquiniers récemment installés dans l’Aude (l’atelier O’nolan). Je me suis formée chez Pierre Gerber (un grand parmi les grands) et nous sommes évidement très admiratifs des travaux de Serge Amoruso, de Frank Tioni, de la maison Duret, Peter Nitz et bien d’autres.
    Dans votre article quelques photos des sacs d’Amoruso auraient été les bienvenues pour montrer l’ampleur de son savoir-faire
    Cordialement
    Amalvi Pimenta

    1. Merci pour vos mots bien aimables !
      Ce petit blog a pour vocation de mieux faire connaître l’artisanat si mal mené et c’est un vrai plaisir de vous découvrir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un petit effort ! * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.