Cachez ce poil que je ne saurais voir !

Quoique cette adjuration puisse annoncer un chemin scabreux, seul le poil licencieux sera dénoncé avec conviction ou mauvaise foi. L’adjonction liminaire est néanmoins escortée d’une aimable et sage suggestion : érection de la chaussette, fièrement tendue, jusqu’à l’articulation du genou !

Pièce modeste du vestiaire masculin, la chaussette souffre d’indifférence sourde ou de dénigrement ; dépréciée, traitée de sous-vêtement, elle est dégradée, reléguée dans la confusion des tiroirs obscurs, souffrant de la contigüité de ses congénères. Membre d’une caste moindre, elle n’est point reconnue comme le noble vêtement de dessus.

Pourtant les enjeux sont graves : bienséance, confort, élégance ; l’ordre alphabétique ne confère aucune hiérarchisation à l’énumération, auquel cas il eût fallu adjoindre assurément l’hygiène lucide.

Gallo

Loin de tout œcuménisme, l’autodafé s’impose pour toute socquette dévoilant un mollet disgracieux ou une pilosité exubérante. Au feu également, tout mi-bas sur lequel la gravitation exerce malignement sa force plisseuse ou son pouvoir ondulatoire tel un accordéon. Pas moins de clémence pour tout charme usagé qui augure le péril de la méchante béance. L’artifice de la prétérition négligera également le rappel superfétatoire et quasi tautologique que les chaussettes de sport se portent pour faire du sport, ou que les super héros ou autres niaiseries graphiques appartiennent au registre de la bande dessinée et de la prime jeunesse.

Bresciani

La fidélité au mi-bas, à la chaussette longue et fine, est héréditaire, mais à défaut d’exemple paternel peut s’acquérir aisément. Le choix devrait être aussi sourcilleux que le soin apporté à la sélection des cigares d’un précieux cabinet.

Au rang de ses qualités, le mi-bas doit apporter maintien, légèreté et résistance. Nourris de la preuve du confort, les arcanes du mi-bas idéal sont simples à déchiffrer : tissage sans couture, remaillage confié à une main adroite, talon et pointe renforcés pour une longévité avérée, partie élastique supérieure généreuse à l’image d’un large revers de pantalon.

Quelques marques, à titre exemplaire, remplissent pleinement ce cahier des charges : Bresciani, DD, Falke et Gallo ou Pantherella.

Drakes

Le fil d’Écosse somptueux, étranger au luxe démonstratif, s’impose dans nos contrées tempérées ; les plus frileux ont une inclinaison pour la laine voire le cachemire, mais le coton tout terrain convient au quotidien.

Des goûts et des couleurs pas un seul mot ici ; incidemment, la simple allusion à une mésalliance qui ruinerait d’authentiques souliers ou un pantalon de bonne facture, devrait suffire.

Si vous regardiez vos chaussettes d’un œil neuf, c’est gagné !

The Armoury
amator.fr © 2017 - Tous droits réservés