La baleine & l’hirondelle

Loin de résoudre l’aporie, la confusion enflait : le cétologue et l’ornithologue se lancèrent dans une controverse sourde. Les repères de la systématique élémentaire s’effondraient, la taxologie vacillait, les convictions s’effritaient.  Contre toute raison, la baleine toisait l’hirondelle. La première, au pinacle, supplantait la seconde enfouie dans un abîme entrouvert anticipant son envol. Quelle singulière arche…

Une chemise pour la rentrée !

Vive la rentrée ! Si, elle concerne, au premier chef, les enfants scolarisés, elle rythme amplement la vie économique, politique, sociale et culturelle de notre pays. Plus que l’exercice quasi obligé des vœux calendaires, elle est l’occasion de renaissance dans un mouvement d’enthousiasme sincère et de régénérescence tonique. La rentrée croise également le tonneau des Danaïdes…

Visite parisienne de Mary Frittolini

Dans les bagages de Mary Frittolini, au-delà de son talent, elle devrait avoir quelques jolies surprises ! Comme en cuisine, la matière première concourt à la fête. Elle est même essentielle et se dénomme génériquement étoffe. Le béotien l’appelle tissu. Le curieux apprend que la fibre la plus usuelle est végétale, offerte par l’arbrisseau cotonnier : gossypium ;…

Mary Frittolini – chemisière

L’homme heureux n’a pas de chemise, cet apophtegme bucolique est pure sottise et il est même tentant de soutenir, surtout ici, le contraire !

Ma grand-mère jugeait un homme à sa chemise. Un peu abrupte et expéditive, mais la méthode valait par son regard perspicace plus sûrement qu’un marc ésotérique. Cet ukase grand-maternel m’a toujours inspiré un respect amusé et, je parie, pouvoir trouver un pilier de bar ou un psychiatre repenti pour y distinguer l’origine d’un goût déraisonnable pour la chemise.